The Fruits of love

 
On dispose de très peu d’éléments sur la première partie de la vie de John Dowland, mais on pense qu’il serait né à Londres ou éventuellement à Dublin en 1563. On sait qu’il a séjourné à Paris, où il était au service de l’ambassadeur auprès de la cour française. Il devint catholique romain à cette période, ce qui le conduisit, selon ses dires, à l’écarter d’un poste à la cour protestante d’Élisabeth Ière d’Angleterre. Il travailla donc à la cour de Christian IV du Danemark et retourna en Angleterre en 1606 et en 1612 où il assura un des postes de luthiste auprès de Jacques Ier d’Angleterre. Il est mort à Londres en 1626.

Son œuvre comprend plusieurs pièces pour luth seul, des chants à plusieurs parties vocales et luth, et plusieurs œuvres pour consort (ensemble instrumental) de violes et luth. Une de ses pièces les plus connues est Flow My Tears ; chanson sur laquelle il écrivit par la suite son œuvre instrumentale la plus connue, Lachrimae  or  Seaven Teares Figured  in Seaven Passionate Pavans (Pleurs ou sept larmes représentées par sept pavanes passionnées). Un groupe de sept pavanes pour cinq instruments et luth, chacune étant basée sur la chanson Flow My Tears. Cette pièce devint l’une des plus connues de la musique pour ensemble instrumental de cette époque. Sa pavane Lachrymae antiquae fut aussi l’un des grands succès du dix-septième siècle.

Jalonné de pièces issues du recueil de John Playford : The English Dancing Master , publié en 1651 où l’on trouve la plus importante source de mélodies anglaises du XVIIe siècle, ce programme  alterne musiques vocale et instrumentale exprimant souvent la mélancolie, un sentiment très présent dans les compositions de cette époque, mais aussi d’autres pièces plus humoristiques, comme Five knacks for Ladies ou encore The Earle of Essex Galliard, pièce instrumentale dédié au Prince Essex, composée sur le même thème que Can she excuse, lettre ouverte à Élisabeth Ière d’Angleterre.